Laptop. Passeport. Prochaine destination?

Changer le fonctionnement du monde à partir de simples idées.

Partager notre vision à l’aide d’applications et de différents médias.

La connexion globale apportée par l’informatique en fait ma passion.

 

Je travaille comme programmeur-analyste depuis 6 ans et, depuis quelque temps, cette même passion m’a ouvert une nouvelle opportunité. J’ai pu adopter un mode de vie qui me permet de connecter avec le monde à un autre niveau. Durant les 12 derniers mois, j’ai voyagé à travers 12 différents pays en Asie et en Amérique du Sud. Tout cela en gardant mon même emploi. J’écris cet article à partir de mon appartement en Équateur et j’ai des dizaines d’autres destinations planifiées!

 

Tout cela a commencé à Montréal, par une journée froide de novembre. J’ai découvert, par hasard, l’application « Nomadlist.com ». On y retrouve les différentes villes du monde triées par un « Nomad Score », qui est composé d’éléments tels que la vitesse d’Internet, le climat ainsi que le coût de la vie. Cette application donne vraiment l’impression que le monde est un jeu ou chaque ville en serait un tableau.

 

 

La découverte de cette application a fait ressurgir un rêve que j’avais depuis des années : me débarrasser de mes possessions matérielles, garder qu’un laptop et un « backpack », puis travailler à partir de cafés partout à travers le monde.

 

La communauté des « Digital Nomads »

En continuant mes recherches, je suis tombé sur une communauté en pleine effervescence. Composée d’entrepreneurs, de travailleurs autonomes, d’employés en télétravail, il y a un paquet de gens qui ont adopté ce mode de vie dans les 2-3 dernières années.

En raison de leur mode de vie particulier, la plupart de ces gens voyagent seuls. Ennuyant n’est-ce pas? C’est pourquoi de nombreuses solutions viennent pallier ce problème.

 

Les « Coworking spaces »

Dans certains pays comme aux Philippines, en Indonésie et au Cambodge, les connexions Internet de qualité se font assez rares. Les espaces de bureaux partagés deviennent donc une ressource essentielle. Bien sûr, la connexion n’est pas la seule utilité de ces espaces. On y retrouve aussi un partage immense de connaissances. Des activités de réseautage y sont régulièrement proposées ainsi que des conférences de toutes sortes. Des programmeurs, des blogueurs, des graphistes, des experts en marketing, des photographes et des entrepreneurs de tous les coins du monde remplissent la place. L’énergie et la diversité des gens qu’on retrouve dans ces espaces propulsent la créativité et la motivation à son maximum!

 

Dojo, Bali, Indonésie (Coworking Space)
 

Les « Coliving spaces »

Dans le même esprit que les espaces de bureaux partagés, les espaces de cohabitations amènes un autre niveau à la collaboration. Tout comme dans une collocation habituelle, les gens se retrouvent sous un même toit et profitent d’espaces communs ainsi que de leur espace personnel. La différence est que ces gens s’y retrouvent spécialement pour créer des liens, collaborer et partager leurs connaissances.

 

Angkor Hub, Siem Réap, Cambodge (Coliving space)
 

Communautés de voyage

Pour ceux qui ne veulent pas partir seul, il existe un éventail de programmes. Ces programmes forment des groupes allant de 6 à 50 personnes qui voyageront, habiteront et travailleront ensemble. Certaines de ces communautés voyagent continuellement tandis que d’autres offrent de plus courts séjours.  Il y a même l’organisation « Coboat » qui propose, dans le même esprit, d’habiter sur un catamaran et de naviguer la Méditerranée avec une douzaine de personnes, Wi-Fi inclus bien sûr!

Hacker Paradise (Communauté de voyage)
 

Avantages

Alors pourquoi partir et ne pas rester dans son confort?

  • Voir le monde sous une autre perspective
  • Possibilité de pratiquer certaines activités impossibles ailleurs comme le surf, le snowboard, le kitesurf, la plongée, l’escalade, etc.
  • Apprendre sur les différents peuples lors d’échanges culturels
  • Profiter du coût de la vie avantageux
  • Aider les gens dans les pays en développement par le biais de formations, de bénévolat, etc.
  • Bénéficier d’heures de travail flexibles
  • Ne pas avoir de problèmes de trafic

 

Minimalisme

Un aspect qui est intimement lié aux « Digital Nomads » est le minimalisme.

Premièrement, leurs possessions se résument à une valise ou deux. Pour ma part, j’y vais à l’extrême et ne voyage qu’avec un simple sac 26L et je n’ai jamais été plus heureux.

Ensuite, grâce au partage de l’économie, de transport et d’espaces, les responsabilités matérielles et factures mensuelles sont réduites au minimum.

Le fait d’avoir moins de choses auxquelles penser libère notre esprit et laisse la place aux choses essentielles, à nos buts et à la création. De quoi a-t-on vraiment besoin?

 

Pas pour tout le monde

Bien sûr, ce n’est pas tout le monde qui veut ou qui devrait adopter ce style de vie. Plusieurs facteurs rendent cela difficile tels que :

  • La distance avec la famille
  • La gestion des visas
  • Les anciennes relations sont difficiles à maintenir
  • Il est pratiquement impossible d’être en couple
  • Les assurances sont dispendieuses et le système de santé n’est pas toujours au point
  • La solitude frappe certains plus que d’autres
  • Beaucoup de temps est lié à la planification
  • Dû au travail, on ne peut pas profiter à 100 % des endroits où l’on se trouve
  • C’est difficile de maintenir une bonne posture de travail
  • Il peut y avoir une bonne différence de fuseaux horaires avec les clients
  • La différence de langue peut rendre la communication difficile à certains endroits

Pour quelqu’un qui aime voyager et qui est discipliné, tout cela est facile à surmonter.

Finalement, si vous décidez de devenir un « Digital Nomad », il y a une chose à retenir :

Redonnez aux endroits que vous visitez et respectez-les. Évitez de partir seulement pour profiter du coût de la vie en formant une bulle en dehors des habitants locaux. Achetez aux petits commerçants et trouvez des moyens de redonner à la communauté locale.

 

 
Alexis Ouellet
Programmeur-Analyste
Ancien étudiant du Collège Multihexa

Ajouter un commentaire

Loading